lunedì 4 ottobre 2010

BERLIN MARATHON 2010

BERLIN MARATHON 2010





Cette année au Printemps je bats mes records sur 10km, semi marathon et marathon en 2h34'59". Je commence à rêver de passer au dessous de cette marque des 2h30'. En 2009, lorsque Serge commence à m'entrainer il m'en parle et je suis loin de me douter que j'en suis capable. Maintenant je me sens capable de me rapprocher des 2h30 voir de passer dessous.

Pour mettre toutes les chances de mon coté cette année je m'inscrit au marathon de Berlin. Le marathon le plus rapide au monde où Haile a couru en 2h03'59" (le record du monde actuel). De plus Serge me fait un plan d'entrainement sur 8 semaine très poussé. Je fais beaucoup de kilomètre et beaucoup de qualité.

Les séances sont intenses et au milieu du mois d'Aout je vais courir jusqu'à 160km sur une semaine (avec du dénivelé en plus)! Pendant 8 semaines je vais courir pratiquement 900km.

Ça me permettra aussi de redécouvrir la ville où je ne suis pas allé depuis 9 ans! De plus nous ferons vraiment le tour de la ville:



J'ai envi de revoir pleins de détails comme ca:




Adidas étant le sponsor mes Adizero Boston devront suivre les 3 bandes bleues au sol:


3 semaines avant la course j'ai un test sur semi marathon, au semi marathon du Peperone à Carmagnolia. Je parts bien pendant 8 km puis je craque et finit en serrant les dents en 1h17'30". Les 120km de la semaine y sont surement pour beaucoup. Je vais donc alléger l'entrainement pour les 3 dernières semaines pour arriver en forme.

Le Vendredi je vole vers Berlin via Munchen. Je retrouve mes parents qui profitent du marathon pour visiter Berlin, et on se rend à l'hôtel au centre à 2 pas de Potsdamer Platzt (on y passera au km38). On va jusqu'à la porte de Brandeburg pour prendre un peu la température et on a la chance de voir une superbe pleine lune:


Samedi matin

A 9h je parts pour un dernier entrainement de 7km. Je prends les 4 derniers kilomètres de la course et je rentre à travers le parc vers Potsdamer Platz. Il fait gris mais ne pleut pas. Les jambes tournent comme depuis quelques semaines avec une douleur à l'arrière de la cuisse droite, mais après 30 minutes, elle se fait moins sentir avec les muscles chauds.

On se rend à l'ancien aéroport Tempelhof pour prendre les dossard. Le salon est énorme et sur les anciennes piste d'atterrissage, des enfants courent les mini-marathons. Il y a la queue pour prendre les dossards surtout pour les noms de famille commençant par D et E! Il commence à pleuvoir fort, la météo ne s'annonce pas très bonne pour le Dimanche. Je rentre à l'hôtel pour me reposer et préparer mes affaires pour le lendemain:

Je ne ressorts que le soir pour aller manger Potsdamer Platz et voir passer le marathon en roller. Il sont des milliers en rollers sous la pluie Berlinoise!!!


Les restaurants sont remplis de coureurs et les assiettes sont remplies de pâtes et les verres d'eau!


Au lit, demain je cours l'objectif de l'année!

A 6h je suis déjà réveillé. Pas besoin du réveille. La première chose que je fais en me levant est de regarder le temps par la fenêtre. Malheureusement il pleut! Je prends mon gâteau énergétique et à 6h30 je descends prendre le petit déjeuné, et nous somme déjà une trentaine. Je remonte me reposer et la tension monte! Je me prépare (pansements sur les tétons, crème anti-frottement sous les bras, maillot, puce sur la chaussure...). Je mets un t-shirt manches longues et un sac plastique pour rester au chaud avant le départ.

Je quitte l'hôtel à 8h05 et je cours les 2km pour arriver au départ à 8h20. Je suis dans le block A juste derrière les top runners et le bock n'est pas important j'aurais pu rester au chaud et arriver seulement 5 minutes avant le départ! Je regarde le départ des fauteuils et continue l'échauffement. A 8h45 nous entrons dans la grille de départ et à 8h55 les top runners arrivent. Les masculins partirons sur le coté droit de la route et nous sommes derrière les féminines. A 9h Sir Simon Marlow commence à chanter "This is the Moment" Et ensuite une minute plus tard les starter lance ce Berlin Marathon 2010.


C'est parti et je suis le groupe des féminines sans problème.




Sur la partie droite de la route les hommes sont déjà en route vers un superbe chrono.


Puis nous contournons par la gauche le "Grosser Stern" et voilà déjà un kilomètre de passé. Je ne vois pas le panneau du kilomètre mais je sais que je suis parti prudemment. Je suis en 3'36" d'après mon GPS. Je double une banane... Et oui un coureur s'est déguisé en banane, sur les photos de l'arrivée j'ai vu qu'il était allé au bout. Enfin il est parti à 16km/h habillé en banane et ça c'est fort! Les Féminines devraient être loin, elles devraient courir à 3'20" / 3'25". Je les doubles, elle doivent être à 3'50"/km. Pour ne pas me retrouver devant, je passe au dessus du terre-plein central pour rejoindre la partie droite de la route avec la file des hommes. D'autres font comme moi, et j'entends aussi 2 français qui discutent de ce départ lent des féminines. Elle ne vont surement pas tarder à nous redoubler! Je loupe le km2 et passe le km3 en 10'51". Je suis dans le rythme prévu, et j'ai prévu de passer en 18' au km5, en 36' au km10 et en 1h15'/1h16' au semi! Puis ensuite on verra. La route est encore longue. Il pleut beaucoup et je suis couvert du vent par les coureurs devant. Le rythme n'est pas très constant, mais je reste abrité. Voici les premières tables du ravitaillement du km5. Ce sont celles pour les top runners. D'ailleurs des vélos nous doublent, puis des motos avec les caméras de la télé et le trio de tète féminin. Ça devient un peu le bordel car on se trouve au ravitaillement. Puis arrivent 2 gros BMW X6 et un gros groupe de coureuses passe à droite, je dois faire une queue de poisson au 4x4 pour aller prendre mon ravitaillement sur les tables à gauche. Puis le groupe de 20/30 repart sur des bases plus normales et notre groupe a explosé. Certains prennent le train, et je reste bien à mon rythme car à 3'20" je ne pourrais pas rester longtemps!

Donc 5 km sont passés en 18'03" (moyenne de 3'37"/km). Un peu lent mais parfait pour aujourd'hui.

On reforme un petit groupe et ca repart sur un rythme beaucoup plus constant. On traverse les rivières, et ca tourne un peu lorsqu’on se rapproche du Bundeskanzleramt et du Reichstag, avant de s'éloigner du centre le long de Reinhardstrasse puis de Torstrasse.




Le vent de face sur ces larges avenue fait que nous somme un long serpent de coureurs les uns derrière les autres. En arrivant au km9, je prends mon gel, et je l'arrose d'eau. Le premier verre est avec de l'eau gazeuse et heureusement j'en prends un deuxième d'eau plate. Je cours mais je ne suis pas vraiment dans la course. Je sais que la course ne commencera que dans une heure! Je passe le km 10 et je suis resté dans le même rythme.

5 km - 10 km passés en 18'02" (moyenne de 3'36"/km). 10km en 36'05"

On court dans ces grands boulevards de banlieue et malgré la pluie le publique est nombreux et nous encourage bruyamment. Avec l'effet Afrique du Sud de nombreux spectateurs nous encouragent au son de la Vuvuzela. On arrive sur la place Strausberger, et nous faisons les 3/4 de ce rond point. De plus les flaques sont énormes et j'ai l'impression de courir un 3000m steeple.


Mon rythme baisse et les relances sont de moins en moins faciles. Nous repassons au dessus de la rivière et je ralentis sur la montée du pont. En arrivant au ravitaillement je prends un verre d'eau. Mais avec cette pluie je n'en éprouve pas le besoin.

10 km - 15 km passés en 18'20" (moyenne de 3'40"/km). 15km en 54'25"

Je suis dans un groupe avec 3 autres coureurs et je reste derrière car le vent est de face. Deux féminines nous doublent (une italienne et une Brésilienne avec un beau petit short noir). Ça fait exploser notre groupe. Je suis la Brésilienne pendant 500m mais elle est trop rapide, elle s'éloigne et l'Italienne me double à son tour. Notre groupe a explosé et je me retrouve seul devant. Les jambes commencent à ressentir les kilomètres et je ralentis toujours plus.

Mes parents ont bravé la pluie et sont là pour m'encourager sous leur Kway. Il pleut fort et n'ont pas vraiment le temps idéal pour visiter Berlin. Merci à eux pour leur support.


Je prends mon deuxième gel en arrivant au ravitaillement et l'arrose d'eau plate.

15 km - 20 km passés en 18'52" (moyenne de 3'46"/km). 20km en 1:13'17"

Je continue et passe le semi en 1:17'32" C'est à ce point que je fais un petit bilan. Je devais passer en 1h15' voir 1h16' mais là je suis vraiment lent. Les jambes ne sont pas au mieux et ma douleur à l'arrière de la cuisse droite est présente. De plus je ne suis pas certain de vouloir me faire mal pour arriver à courir en 2h38'. Je décide de réduire un peur le rythme jusqu'au trentième et on verra ensuite. Des coureurs s'arrêtent et abandonnent et j'évite de les regarder, je suis venu à Berlin pour finir le marathon donc je vais aller au bout. Nous sommes dans la banlieue et les coureurs me doublent. En ralentissant la douleur augmente mais je continue sans trop penser. Juste penser à avancer, aller au bout. En regardant le GPS qui m'annonce souvent moins de 15km/h, je commence à calculer. Je pense pouvoir courir en moins de 2h50' voir moins de 2h45'. Les jambes ne tournent plus très rond et la cuisse droite me lance et j'ai du mal à tenir le rythme. Comme à mon habitude en arrivant au ravitaillement je prends un verre d'eau.

20 km - 25 km passés en 19'34" (moyenne de 3'55"/km). 25km en 1:32'51"

Le rythme baisse de plus en plus et des groupes de coureurs me doublent. Je ne m'accroche pas et tente de rester à une moyenne proche de 15km/h. C'est difficile et je me concentre sur ce qui entoure la course.


Je double un fauteuil qui est vraiment cuit lui aussi. on continue à s'éloigner du centre et j'ai l'impression que la ligne d'arrivée s'éloigne. J'avance comme par habitude, mais sans l'envie de me faire mal. De plus je sais que l'objectif ne sera pas atteint. Je vais profiter de cette course et du publique sans plus penser au chrono. En arrivant au ravitaillement je ne prends pas mon troisième gel, je terminerais avec de l'eau.

25 km - 30 km passés en 20'22" (moyenne de 4'04"/km). 30km en 1:53'13"

C'est étrange les coureurs devraient être à une moyenne de 3'45"/km et je dois être à peine à 4'/km mais à part quelques coureurs qui nous doublent rapidement, les autres courent à peine plus rapidement que moi. Ça doit être l'effet Berlin. On y vient pour faire un temps et au bout de 30km, soit ca passe et on continue, soit ca casse et on cherche à finir! On a pris à droite et on revient vers le centre cette fois. En regardant le GPS je suis à 14km/h, et je calcul toujours, espérant finir en moins de 2h50'. il pleut fort et vraiment la fatigue n'arrive pas mais c'est une lassitude générale. La cuisse me lance sur certains appuis, mais je compte bien aller au bout. Ça sera plus facile sur le final lorsque nous serons de nouveau au centre ville. Nous arrivons sur Kurfuerstendamm et ses boutiques. Il y a de plus en plus de publique et le édifices sont de plus en plus beaux. Aux points d'épongeage, il y a aussi des verres et je bois un demi-verre à chaque fois. On arrive à l'église "KaiserWihelmGedaechtnisKirsche" pratiquement entièrement bombardée pendant la guerre.

Les top runners y sont passé il y a longtemps et sont déjà arrivés à la porte de Brandeburg.






Au ravitaillement sur la Witemberg Platz des pom pom girls nous encouragent! Il me reste 8km et à 15km/h je devrais pouvoir conclure en moins de 2h45'.

30 km - 35 km passés en 20'29" (moyenne de 4'06"/km). 35km en 2:13'42"

Je recommence à doubler quelques concurrents en crise, et je ne me fais pratiquement plus doubler. Je garde mon rythme à près de 15km/h et cette fois le moral remonte. Je reviens vers le centre ville et le publique m'aidera de plus en plus à avancer vers l'arrivée. Mes parents doivent être vers le km38 et je vais bientôt les rencontrer. Finalement en arrivant sur Potsdamer Strasse ils sont au km37. Un flou normal, tout comme ma course:


Toujours présents pour m'encourager et je leur dis que ca ne va pas fort. Mon père a même réussi à prendre un superbe flou artistique:


Ça doit aussi se voir à mon allure claudicante. Le publique toujours plus nombreux nous porte vraiment. Ils nous encouragent malgré la pluie. C'est grisant.

Au km38 nous prenons à droite et je reconnais les tours de la Potsdamer Platz. Je fais l'avion et incite le publique à nous encourager plus fort, c'est fort.


Il me reste 5 km et je recommence à pousser!


Pas autant que prévu mais je cours à plus de 15km/h et à près de 16km/h. C'est la partie de Pac-Man comme certains l'appel. Enfin je double ceux qui m'avaient doublé avant! Je connais cette fin pour l'avoir couru la veille à l'entrainement. Je pousse sous les encouragements du publique, des fanfares...

Nous prenons à gauche sur Markgrafen Strasse et nous passons au km40. Je vois le chrono à 2h34', je me dis que si tout c'était passé comme prévu j'aurai déjà du être passé sous l'arche d'arrivée!!! Ça sera pour une prochaine fois!

35 km - 40 km passés en 20'21" (moyenne de 4'04"/km). 40km en 2:34'03"

Et puis le final dans le centre de Berlin. On passe dans quelques rues vides, car il n'y a que des hôtels de luxe et des bureaux, puis on passe devant la superbe place avec le Konzerthaus am Gendarmenmarkt et les deux églises de chaque coté.




Encore un droite gauche avant de se retrouver sur Unter den Linden.


On passe devant le consulat Russe, nous sommes encore dans Berlin Est et on se rapproche de la porte de Brandeburg. On voit le consulat Américain. mais surtout cette porte de brandebourg se rapproche. Là je profite... J'aime bien cette photo qui résume la fin de mon marathon: les jambes reviennent, je suis trempé mais je suis là pour en profiter...


Je me suis vu des dizaines de fois passer sous ce monument. Dans mes rêves j'étais le premier de ce marathon mais il ne faut pas non plus rêver! Je passe sous cette porte de Brandeburg et je fais l'avion, je rattrape et double encore en faisant l'avion comme lors du Passatore en 2008...






Je profite de ces dernier 200m pour conclure en 2h42' mais le temps n'est pas si important.


L'important arrive avec cette médaille...


40 km - 42,2 km passés en 8'26" (moyenne de 3'50"/km). Marathon en 2:42'29"

Voilà la suite est comme d'habitude à la fin des courses: Médaille, couverture, photo souvenir:


sac, massage, je croise Orlando Pizzolato (un Italien de plus de 50ans qui a encore couru en 2h52' mais a surtout gagné le marathon de New York deux fois) qui lui aussi file sous la douche, puce, verre de bière sans alcool et me rends devant le consulat américain où je retrouve mes parents.




On marche les 3 kilomètre qui nous séparent de l'hôtel en encourageant les coureur en passant.




Le flot de coureur est assez impressionnant! Un longue et chaude douche avant de prendre un bon repas: steak saignant et bière dans une brasserie!!!!


En sortant du résto, nous encourageons les derniers coureurs devant la voiture balais:


Et visite de la ville sous la pluie…








Pour un total de 55 km dans la journée !!!

Pour la course c'est Patrick Makau qui gagne au sprint (comme à Roterdam au printemps) en un peu plus de 2h05'. Il manque le record du monde selon lui par la météo car il avait les jambes pour!


Et Aberu Kebede chez les femmes en 2h24':


Et l'image de ce marathon est le flot de coureur qui passe sous cette porte de Brandeburg:

C'est un geste fort! Ce n'était pas possible il y a 21 ans!

Voilà en analysant ma course les facteurs qui m'ont éloigné de cet objectif:
- entrainement trop difficile qui m'a pris pas mal d'énergie
- contracture derrière la cuisse
- la météo



Les vidéos de mes passages avec le final et mon arrivée en planant!!!

Mais j'ai tout de même a prendre du plaisir sur la fin du parcours ce qui est vraiment l'important. Les jambes sont bien remises une semaine après la course, a part cette contracture encore présente. L'envie de prendre ma revanche lors du marathon d'Alba (800m D+/-) et de la Saintélyon...

5 commenti:

L'Castor Junior ha detto...

Bravo Jérôme !
Réussir ce (malgré tout) beau chrono sur un 42 195 m steeple démarré en doublant une banane et perturbé par une brésilienne en mini short, il fallait le faire.
La prochaine fois, l'avion passera sous les 2h30'...

kaiale ha detto...

bravissimo.
il clima non ti ha aiutato.

alessio

franchino ha detto...

Bravo Jerome! Anche se il tuo obiettivo era un altro, portare a casa una maratona è sempre un bel risultato. Però devi cambiare il personal best nel titolo del blog...!

Bambi ha detto...

ah Jérôme, j'aurais eu du mal à te suivre en vélo...un grand grand BRAVO
un peu de patience et tu passeras sous la barre des 2h30 en volant !

merci pour ce beau récit qui me rêver

biZ,
N

stoppre ha detto...

me coiones, sei sempre più forte... grandissimo !! complimenti